Au cours d’un atelier tenu le lundi 1er février 2021 au stade Annexe numéro 1 de Japoma, les arbitres encore en lice pour la suite du Championnat d’Afrique des Nations ont renforcé leur capacité en matière de collaboration avec l’assistance vidéo à l’arbitrage

Apparue à l’étape des quarts de finale du Championnat d’Afrique des Nations, la Video Assistance refreree (VAR) est au cœur des attentions. Quelques décisions prises en consultant ce dispositif, n’ont pas manqué de faire jaser, à l’instar de l’expulsion du gardien Rwandais lors du quart de finale ayant opposé les Amavubi à la Guinée au Stade Omnisports de Limbe. Une première évaluation s’imposait donc avant d’aborder la prochaine étape de la compétition,  les demi-finales prévues ce mercredi 3 février 2021. Un atelier organisé ce lundi 1er février 2020 à l’Annexe 1 du Stade de Japoma a notamment permis de scruter les premières performances de l’arbitrage Vidéo dans la compétition et de renforcer les capacités des arbitres en matière de collaboration avec les assistants Vidéo.« L’objectif était de mettre les arbitres en situation, les arbitres sur le terrain et les arbitres dans le var, en situation de match. Avec des joueurs, nous avons organisé des situations de jeu, qui se reproduisent en match pour que les arbitres puissent appliquer des procédures, puissent prendre des décisions, et puis faire les différentes étapes avec l’assistance vidéo. Vous avez vu par exemple des situations  de hors-jeu avant un but, ou une situation de hors-jeu avant un penalty. Le VAR doit vérifier s’il y a hors-jeu ou pas et l’arbitre doit aussi, dans la procédure, siffler le penalty, annuler pour le hors-jeu, attendre le feed-back du VAR et donner la décision finale. Et quand c’est nécessaire, vous avez vu l’arbitre venir à l’écran parce que pour des questions d’interprétation, le VAR demande à l’arbitre de venir à l’écran parce que c’est à l’arbitre de prendre la décision. C’est donc cela que nous avons répété dans l’optique de préparer les demi-finales et les matches à venir », présente l’ivoirien Doue Noumandiez Désiré, instructeur des arbitres CAF. L’atelier organisé autour d’un petit match de football et ouvert à la presse a été enrichissant pour ces arbitres encore en lice pour la suite de la compétition. « C’est toujours un plus parce que je viens d’être licencié par la FIFA pour être officier vidéo pour l’année 2021. Donc, la première compétition qui se passe sur le continent avec des arbitres officiellement VAR, on en fait partie. C’est une grosse expérience, c’est tout beau et puis, on profite pour pouvoir aider les arbitres à avoir les meilleures décisions sur le terrain, à avoir une deuxième chance lorsqu’ils se sont trompés », a indiqué Elvis Noupoue, premier arbitre camerounais et de la sous-région Afrique Centrale, spécialiste de la VAR. En vue de l’organisation du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) 2020 et de la Coupe d’Afrique des Nations 2021, le Cameroun s’est doté du dispositif de la VAR, devenant le premier pays en Afrique à s’offrir ces équipements que les autres pays du continent préfèrent jusqu’ici prendre en location.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *