Au chômage depuis le 18 octobre 2020, les employés de cette entreprise ont repris le chemin du travail le 2 février 2021

Les 350 employés de l’usine de la Cotonnière industrielle du Cameroun (Cicam) à Garoua, dans la partie septentrionale du pays, au chômage depuis le 18 octobre 2020, ont repris le chemin du travail le 2 février 2021. À l’origine de cette reprise des activités suspendues depuis plus de quatre mois, nous apprennent plusieurs sources, l’instruction de la présidence de la République. Elle a ordonné à la direction générale de la Sodecoton de reprendre les approvisionnements de cette usine en matière première. D’après des sources proches du dossier, la Sodecoton devra livrer à l’usine de la Cicam de Garoua une cargaison de 75 tonnes de coton. Ce volume de matière première, dit-on à la Cicam, permettra de faire tourner les machines de l’usine pendant au moins deux mois. Pour mémoire, l’entreprise cotonnière nationale avait dû suspendre ses approvisionnements à la suite de l’accumulation des impayés par la Cicam. Évalués à 600 millions de FCFA en début d’année 2020, ces impayés culminaient à 1,3 milliard de FCFA au moment de la suspension des approvisionnements en octobre 2020 (un paiement partiel de 200 millions de FCFA a été effectué dans l’intervalle.

La célébration de la Journée internationale de la femme Cette reprise des activités permettra à la Cicam de profiter de sa haute saison de production du pagne, avec notamment la célébration de la Journée internationale de la femme, le 8 mars, et la fête internationale du travail, le 1er mai. « Nous avons besoin de quatre millions et demi de mètres linéaires de pagne pour le 8 mars. En ce moment, nous n’en disposons que de deux millions. Nous faisons principalement notre chiffre d’affaires sur le 8 mars et le 1er mai. En 2020 déjà, l’année avait été difficile à cause des mêmes soucis avec la Sodecoton. La Covid-19 est aussi venue s’ajouter », explique Adoum Abagana, le directeur de l’usine Cicam de Garoua.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *