C’est à la faveur de la tournée que le ministre de la Jeunesse et de l’Education civique, Mounouna Foutsou, effectue dans l’Extrême-nord, du 30 janvier au 02 février 2021, en prélude à la fête de la jeunesse, le 11 février prochain.

Depuis quelques années, l’Extrême-nord du Cameroun est en proie à une crise socio-sécuritaire, causée par la secte terroriste ‘’boko haram’’. Dans certaines familles de cette partie du pays, de nombreux jeunes ont été enrôlés par les adeptes de ces forces du mal. Reformatage des mentalités, consommation des drogues, tueries en bandes, viols, pillages et autres incendies des ménages et édifices publics ont littéralement modifié le quotidien des uns et des autres. Face à la situation, l’Etat a pris ses responsabilités non seulement en s’investissant à la lutte pour le retour à la paix et à la sécurité, mais également en interpelant ces enfants égarés à déposer les armes, non sans leur garantir une réintégration sociale à la faveur d’un programme gouvernemental bien défini. C’est la raison d’être de la formation que le ministère de la Jeunesse et de l’Education civique (Minjec) offre dans le cadre du lancement officiel de la 55e édition de la fête de la jeunesse dont la célébration est prévue, le 11 février 2021, sur l’ensemble du territoire national.

Retrouver le chemin de la vie 

En effet, le Ministre de la jeunesse et de l’éducation civique, Mounouna Foutsou séjourne depuis le 30 janvier dernier et ce jusqu’au 02 février dans la région de l’Extrême-nord, précisément à Méri dans le département du Diamaré. A l’occasion, il procède à une session de réarmement moral spécial des jeunes du Plan triennal spécial jeunes et ceux du Comité national de désarmement, de démobilisation et de réinsertion (Cnddr) de Méri. Selon le ministre, il est question de leur réapprendre les valeurs morale, civique et patriotique qui régissent la vie de la nation. 

Créé, le 30 novembre 2018, par le Chef de l’Etat, Paul Biya, le Cnddr vise à donner une seconde chance aux jeunes enrôlés dans les groupes armés. En plus de l’Extrême-nord, le Cnddr est implanté dans les régions anglophones du Nord-ouest et du Sud-ouest, où elle assure la reconversion des anciens membres des milices séparatistes ayant volontairement déposé les armes. A ce jour, un peu plus de 500 ex-combattants de ‘’boko-haram’’ et de milices séparatistes bénéficient de la prise en charge de ce programme. Faut-il le relever, le Cameroun entend célébrer sa jeunesse dans son ensemble, le 11 février prochain. C’est la raison pour laquelle la semaine d’activités que le ministre Mounouna Foutsou a organisée interpelle non seulement les jeunes ordinaires, mais également ceux qui ont perdu à un moment donné le sens de la morale, du civisme et du patriotisme.

Il est à noter que le samedi 30 janvier dernier, à l’université de Maroua,  le ministre de la jeunesse et de l’éducation civique, MOUNOUNA FOUTSOU a présidé la CEREMONIE D’OPERATIONNALISATION DES CLUSTERS, COUPLEE AU 

HANGOUT ENTRE LES JEUNES DE L’EXTREME-NORD ET LES 

MEMBRES DU GOUVERNEMENT.          Dans le cadre de son mot de bienvenue, le recteur de l’Université de Maroua, Pr Idrissou Alioum a exprimé sa joie d’accueillir les membres de gouvernement dans le cadre de cette cérémonie. Il s’est d’ailleurs réjouit de pouvoir contribuer à l’émergence de la jeunesse camerounaise. Après la présentation des kits, les kits d’installation ont été remis aux juniors-entrepreneurs-consultants. Ils s’agissait des jeunes installés dans les domaines de l’économie numérique et des énergies renouvelables. Pendant la cérémonie, une jeune dame nommée Yanpelda Irène, fondateur de l’entreprise WeeY énergie qui est très active dans la région de l’extrême nord. Elle a fait part de son parcours d’entrepreneur fait de difficultés qu’elle a dû surmonter. Pour l’occasion, elle a encouragé les jeunes ayant reçu les kits à en faire bon usage.

Signature de Convention MINJEC-Université de Maroua

La convention signée est relative à la mise en place d’un cadre de collaboration entre le MINJEC et l’Université de Maroua en vue de l’accompagnement des jeunes entrepreneurs. 

Prestation de serment des jeunes bénéficiaires du jour.

    Par cet acte, ces  jeunes ont pris l’engagement de faire bon usage des équipements reçus.

A l’occasion de cette cérémonie, le ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique, Mounouna Foutsou a tout d’abord exprimé sa satisfaction au regard de l’accompagnement des partenaires du MINJEC en vue de la réussite de cet événement.

Ensuite, il a encouragé les jeunes à mettre en profit leurs talents a travers les kits reçus. D’ailleurs le ministre Mounouna Foutsou s’est appuyé sur l’exemple du jeune physicien Stéphane Tema Biwole,présent à cette cérémonie. A côté des dispositifs existants en faveur de l’accompagnement des jeunes, le  ministre a indiqué que le projet PROJEFOP vient en appui aux jeunes diplômés des universités du Cameroun. C’est dans ce sens qu’il les a exhorté à suivre l’exemple des success stories. C’est avec ces propos que monsieur le ministre a déclaré ouvert la séance d’échanges des membres du gouvernement avec les jeunes de la région de l’Extrême-Nord.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *