Danses érotiques, fellations, embrassades entre filles, les orgies géantes dans les établissements scolaires notamment les lycées et collèges de la République, s’enchaînent, se développent et prospèrent du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest.

La dernière en date s’est déroulée au lycée bilingue de Kribi où des élèves ont suscité l’indignation des Camerounais, à travers une vidéo obscène qui a envahi la toile le 1er mars 2021. Traduits en conseil de discipline le 3 mars dernier, les acteurs de ce tournage frisant la pornographie ont tous été exclus de cet établissement scolaire. Les élèves, respectivement âgés entre 14 et 16 ans, ont raconté devant leurs parents et enseignants des histoires rocambolesques. Des récits qui, à l’écoute, donnent des sueurs froides. Les élèves avouent se retrouver à des heures indues dans les boites de nuit et les snacks de la ville de Kribi et admettent sans gêne, entretenir des relations intimes coupables avec des hommes plus âgés. Devant des parents abasourdis, les élèves déballent tout et disent même qu’entre elles, des bagarres violentes et des règlements de compte éclatent pour des cas de trahison. Aussi, selon des sources internes au lycée de Kribi, la vidéo obscène, où l’on voit des élèves de divers établissements scolaires de la République se livrer à des scènes surréalistes pornographiques, des orgies où homosexualité, fellations et autres danses se succédant sans modération, serait partie d’un défi que ces derniers se sont lancé. En synchronisation, des élèves des établissements .scolaires de la ville de Douala, Yaoundé et même Ebolowa, ont décidé de se livrer à des orgies géantes, afin de les mettre sur la place publique à l’occasion de la proclamation des résultats de fin d’année. Après Kribi, il y a quelques jours, le 4 février, c’était au tour de Kumba de vivre le même film. Une cinquantaine d’élèveS, ‘ issus-de divers établissements scolaires publics et privés de la ville, région du Sud-Ouest, se sont retirés à l’heure de la pause au quartier Barombi, lieu-dit Water Fall. Près d’un cours d’eau, des filles toutes nues pour certaines, dansant pour d’autres, buvant de l’alcool, se livrant des parties de jambes en l’air, ont été surprises par les forces de l’ordre dans leur cachette. Des stupéfiants ont été retrouvés à leur disposition par les forces de police. Ces élèves ont été mis à la disposition du délégué départemental des enseignements secondaires de la Meme. Le délégué qui a ensuite porté les faits et les a mis en cause à l’attention du préfet du département, a instruit que l’affaire soit minutieusement suivie et que des sanctions appropriées soient prises à leur encontre. Il y a deux ans à Bafoussam, 26 élèves furent surpris dans un domicile en pleins ébats, filmés le 27 janvier 2019 au quartier Djimoun. Issus de plusieurs établissements de la ville, ces derniers ont organisé une partouze géante encore appelée charter, sous l’emprise de l’alcool et de la cigarette. Appelée d’urgence par le voisinage, la police mettra la main sur 13 garçons et 13 filles dont l’âge varie entre 13 et 16 ans, et de la classe de 4è en Terminale. En pleine orgie, ils prenaient la peine de se filmer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *