Dans son dernier rapport publié ce 15 mars 2021, l’organisation dite humanitaire de défense des droits de l’homme opère un revirement inattendu contre les séparatistes camerounais.

On a vu et lu depuis 2014 du début des revendications des populations de la zone anglophone, le presqu’acharnement de Human Wright Watch contre le gouvernement camerounais et son armée, au point que bon nombre de nationaux ont entrepris de faire intervenir la Communauté internationale. Pris en flagrant délit d’opinion partisane et de l’acharnement contre l’armée régulière face aux groupes armés, l’organisation internationale de défense des droits de l’homme s’est finalement engagée à tenir en partie pour responsables, certains leaders séparatistes. Au moment où l’armée régulière semble désormais contrôler la situation en pacifiant les zones de crises, et que les voix sonnent s’élèvent pour s’indigner de la passivité de certaines puissances à continuer d’héberger les financiers et commanditaires des crimes dans le NOSO, HWW appelle à des sanctions modérées ne visant que responsables séparatistes. Ainsi, en même temps que l’on s’étonne de la reconnaissance tacite des responsables séparatistes, on s’étonne tout aussi du militantisme de HWW pour des sanctions ciblées. De quoi décevoir les inconditionnels du changement du pouvoir de Yaoundé sous pression et de ceux des séparatistes qui attendent toujours la reconnaissance des idéaux d’Ambazonie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *