Les deux présidents de l’Assemblée Nationale et du Sénat malgré leurs incapacités ont une fois de trop, été reconduits à leurs postes respectifs.

Le premier est à l’AN depuis 1958 et tant que député suppléant et président de cette institution depuis 29 ans ! Ce maître adjoint d’éducation physique et sportive après l’obtention du Certificat d’études élémentaires, est devenu « l’ami » du PR et son homme de main dans le choix des élites du grand-nord du Cameroun. Âgé de 81 ans et essoré par les maladies, Cavayé pense à peine l’intérêt de son pays. Il a réussi à s’attirer un bon nombre de jeunes au sein du RDPC, le parti majoritaire, en offrant à quelques-uns, l’accès sans efforts aux grandes écoles par le truchement de recrutements de listes. Le second, Niat Njifendji, étonne plus d’un ! Ami d’école de Paul Biya, il a été ministre de la République, DG de ALUCAM et de la SONEL parallèlement pensionnaire de kondengui, il est devenu DG-Vice PM. Après avoir vendu la SONEL à un franc symbolique lors des privatisations des années 1990, Niat est devenu plus puissant qu’avant grâce à son pouvoir financier résultant du fait qu’il était et c’est encore le cas, l’unique fournisseur des poteaux en bois après destruction des poteaux en béton armé ! Comme son compère Cavayé, consignes ont été données pour que cet usé comme un savon de ménage, soit réinstallé comme PT du Sénat. Que peuvent apporter de nouveaux ces deux grabataires ? Au sein du parti au pouvoir, la pilule est amère. Pour certains analystes de la scène politique au Cameroun, il s’agit pour le président national du RDPC, de régler un problème de transition générationnelle face aux menaces des jeunes générations et des vieux loups insatiables. Pour les responsables de l’opposition radicale, Paul Biya pérennise le système de gestion de l’état mis en place en introduisant les moins âgés par doses homéopathiques. En attendant, il faut faire avec du Vieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *