Le plateau technique de l’Hôpital régional de Bafoussam reste jusqu’ici en deçà des attentes au moment où le Centre hospitalier de référence de la même ville attend toujours d’être équipé à quelques semaines de la visite des experts de la Confédération africaine de football.

A huit mois du début de la Coupe d’Afrique des nations de football 2022, le site de Bafoussam rassure sur de nombreux aspects. De la réunion d’évaluation des préparatifs de cette compétition tenue le jeudi 11 mars 2021 et présidée par le gouverneur Augustine Awa Fonka, par ailleurs président du comité du site de Bafoussam, les différents sectoriels impliqués au niveau local, ont fait le point chacun dans son domaine. L’on apprendra du rapport du CMEC, entreprise adjudicataire, que les stades d’entrainements de Bandjoun, de Bamendzi, et du stade annexe de Kouékong, seront réceptionnés à la fin du mois de mars en cours. Seul le stade de Mbouda présente des fissures au sol au niveau des parkings. L’aire de jeu a déjà perdu sa verdure. L’entreprise est passée de l’arrosage automatique quotidien du gazon à celui manuel du fait de nombreuses coupures d’eau dans la ville. Le stade municipal de Bafang dont les travaux sont financés par le Feicom à près de quatre milliards, est à l’arrêt. L’entreprise dit être bloquée par le non-paiement de deux décomptes évalués à plus de six millions. La Vallée de Bana se trouve être en incapacité d’accueillir une seule équipe au regard des nouvelles règles imposées par la pandémie du Covid-19. Avec le nouveau format de la Confédération africaine de football (CAF), les hôtels retenus doivent avoir une capacité de 57 chambres individuelles pour une seule équipe. De tous les établissements hôteliers dans le plan du comité du site de Bafoussam, seul l’hôtel Bantou reste encore non fonctionnel. Avec une capacité de 55 chambres, les travaux de peinture sont en cours. A l’hôpital régional de Bafoussam (HRB), le plateau technique est moins rassurant. L’espoir du comité du site de Bafoussam est désormais fondé sur le Centre hospitalier de référence de Bafoussam-Kouékong (CHR). Au départ, ce centre était perçu comme une alternative. Après l’accélération des travaux suite au retard accumulé dans son exécution, les rôles sont désormais renversés. Rendu au mois de mars 2021, aucun plateau technique ne rassure. A l’HRB, le scanner reconnu être primordial pour de tels rendez-vous en panne depuis des mois, vient d’être remis en état même si sa performance reste en deçà des attentes.  Le Centre hospitalier de référence de Bafoussam-Kouékong réalisé à 98% attend désormais d’être équipé. Situé à un jet de pierres du stade omnisport de Kouékong, il a été pensé pour gérer les cas les plus urgents. Certains équipements dont le scanner et l’imagerie se trouveraient encore au port de Douala. Pourtant, selon Augustine Awa Fonka, président du comité de site de Bafoussam, ces derniers appareils auraient dû être installés un peu plus tôt, le temps pour son paramétrage, son test de fonctionnement et surtout d’évaluer sa performance. Aux responsables des deux structures sanitaires visés par l’organisation locale, le président du comité local du site de Bafoussam a prescrit l’accélération de l’équipement tout en les invitant à mettre en place le personnel spécialisé pour une bonne prise en charge des cas de santé lors de la CAN en janvier 2022 sur le site de Bafoussam.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *