En lançant le vol inaugural de la compagnie aérienne sénégalaise en direction de l’Afrique centrale par l’aéroport de Douala, l’ancien Directeur Général de Camer Co devenu directeur commercial de la compagnie sénégalaise administre la preuve des luttes d’intérêt personnel d’hommes politiques au détriment de l’entreprise aérienne camerounaise.

Le tour de force vient d’être réussi avec brio par le directeur commercial d’Air Sénégal, le camerounais Ernest Dikoum, ancien directeur général de la compagnie aérienne camerounaise, chassé de l’entreprise pour des intérêts personnels. Le 29 mars 2021 est la date de lancement pour l’exploitation du marché Afrique centrale à partir de l’aéroport international de Douala. Un vol inaugural qui a fait très grand bruit dans les cercles politiques camerounais où le doigt accusateur est pointé sur les hommes de mains du Président Paul Biya, chargés pourtant de remettre sur les rails, Camer Co. L’agression sénégalaise montre bel et bien que, ce qui freine le décollage de Camer Co, ça n’est pas la qualité des hommes, mais les luttes de contrôle du pouvoir politique par le contrôle des structures étatiques stratégiques dont Camer Co fait partie.  » Allez conquérir le monde et venez développer le Cameroun », voilà le fond du discours de Paul Biya à ses jeunes compatriotes à l’occasion de la célébration de la 55eme fête nationale de la jeunesse. C’est ce qu’a semblé faire Ernest Dikoum, malheureusement, les « amis » de Paul Biya en avaient décidé autrement. La déserte de l’aéroport de Douala au bénéfice d’Air Sénégal est un Indice de la perte d’une bonne partie du marché aérien sous-régional par le Cameroun. Tirera-t-on les conséquences ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *