Manque de collaboration, coups bas, intrigues et surtout incompétence  sont les maux qui plombent la Société Nationale du Transport de l’Electricité.

Alors que le directeur général de la Société Nationale de Transport d’électricité tente de faire croire à l’opinion publique que les coupures intempestives que connait la capitale politique sont dues à des actes de vandalisme, une source à l’intérieur de l’entreprise qui a voulu garder léanonymat vient battre en brèche ses allégations. Après le nouvel incident survenu sur la ligne de transport entre Mangombé et Oyomabang la semaine dernière, et qui avait plongé la ville de Yaoundé dans le noir pendant pratiquement 48 heures par endroit, le directeur général de la Société nationale de transport de l’électricité (Sonatrel) annonçait la remise en service de ladite ligne le 24 mars 2021 dans la soirée. Mais, dans le communiqué signé à cet effet le 25 mars 2021, Victor Mbemi Nyankga adressait surtout une mise en garde à ceux qu’ils appellent « les saboteurs et auteurs d’actes de vandalisme sur les équipements électriques ». « Les auteurs desdits actes criminels sont déjà identifiés et seront désormais interpelés et déférés systématiquement devant les tribunaux compétents en vue de sanctions rigoureuses conformément à la loi », menace le DG de la Sonatrel.

Les révélations qui accablent le Dg

“ Je suis agent de la Sonatrel et je suis bien introduit dans la maison. Je dis ici exactement la réalité et tous les agents Sonatrel le savent. C’est plus  qu’un secret de polichinelle au sein de cette entreprise. Ce Dg est très embêté chaque fois qu’on fait allusion à son inadéquation à ce poste pour protéger sa mangeoire. Et il gère souvent avec les journaux ‘’le Point Hebdo’’ ou ‘’Réalités Plus’’ pour redorer son image. Le management de la Sonatrel, une société d’énergie électrique entre les mains d’un administrateur civil, un ancien préfet Victor Mbemi Nyacknga qui ne connait rien de l’électricité ni de sa gestion. C’est voué à l’échec.  Alors qu’il a un Dga qui lui est un ancien Directeur de  production et de transport d’Aes Sonel, vous pouvez comprendre que ce type était puissant et très fort chez Eneo avant sa retraite là-bas. Ce dernier est muselé aujourd’hui par le Dg Mbemi qui a peur que celui-ci ne lui fasse ombrage et monopolise tout, alors qu’il ignore tout du domaine de l’énergie. C’est le problème actuel de la Sonatrel. Rien ne marche là-bas à cause de cet ancien préfet ami du Secrétaire général de la Présidence de la République  Ngoh Ngoh. Une société qui navigue à vue, sans organisation, rien, n’importe qui fait n’importe quoi ou rien du tout. La vraie réalité, et qui est un des problèmes majeurs est que depuis le transfert des compétences venues de Eneo en 2019, ces experts sont pour la plupart sur le point d’aller à la retraite. Et les jeunes sont là à se tourner les pouces.  Il n’a jamais fait d’organigramme pour organiser son entreprise. Donc les gars ne travaillent pratiquement plus parce que personne ne connaît quelle est son poste d’affectation à la Sonatrel.  Le Dg a nommé 4 délégués régionaux il y a un an qui eux-mêmes n’ont aucun pouvoir et pas de feuille de route. Avec ça vous pensez que la végétation ne va pas provoquer les déclenchements pareils comment ? Ils vous diront 2 lignes. C’est la végétation qui est à l’origine de ça. Qui va aller en brousse pour faire ce travail ? Surtout qu’ils ne payent plus les missions ni les heures supplémentaires depuis l’arrivée des agents de Eneo. On connaît bien l’origine de cet effondrement du réseau RIS. C’est le manque d’entretien du tracé des lignes qui est envahi par la végétation. Car les agents en charge des  lignes sus-évoquées ne veulent plus aller bosser sans frais de mission, ni payement des heures supplémentaires.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *