Mieux que ce que l’on attend du Minduh, la ministre camerounaise tente ce 06 avril 2021 d’immortaliser le président Paul Biya.

« La honte ne tue pas les fous », dit un dicton populaire. Sans être traitée de telle, madame Ketcha Kourtes ci-devant ministre de l’urbanisme et du développement urbain du Cameroun, vient de surprendre les populations du chef-lieu de la région du Sud. Au menu fretin, la construction d’une stèle à la place Paul Biya au Carrefour Avebe-yekombo pour la rondelette somme de 300 millions de francs CFA. Si l’on peut comprendre la fébrilité qui gagne cette dame au moment où l’on parle de réaménagement gouvernemental, il apparaît aussi étonnant de constater que la Minduh soit devenue si aveugle : absence d’eau permanente, de lumière brève, aucune action visible témoignant de l’existence de ce ministère inutile pour les populations. Et pourquoi spécifiquement Sangmelima, déjà embelli par les autorités locales ? Madame la ministre n’est-elle pas partie de Yaoundé la capitale et notamment de nkolmesseng bien connu au Cameroun avec une poussière défiant les localités sahelo sahariennes pour ne citer que ce quartier perdu de la capitale ? Dans les marchés, cette belle dame est devenue l’objet de nombreuses railleries. Tenez : au début du chan qui s’est déroulé au Cameroun, on a plus vu la Minduh que le ministre des sports et de l’éducation physique ; on enterre une haute personnalité, c’est Ketcha qui prend la place du représentant de l’État… Depuis le 06 avril 2021, la ministre d’un nouveau genre en fait pleins les yeux et les oreilles pour vouloir célébrer la prochaine mort du chef de l’état. Avec elle, une cohorte de journalistes qui dès ce matin, font feu de tout bois pour magnifier l’annonce covidienne de la Minduh. Vivement que Paul Biya reconduise ce ministre, histoire de prouver au monde qu’elle satisfait parfaitement aux attentes du Président de la République. Ce qui apparemment reste sûr, Ketcha sera toujours là puisqu’elle annonce en filigrane l’inauguration de sa stèle le 06 Novembre 2021. Vive le Cameroun !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *