A l’origine du courroux du chef de l’État camerounais, une fausse propagande de la grâce présidentielle et le prétendu suivi de la santé de Gervais Mendo Ze.

On connaît Paul Biya d’homme serein et attentiste face aux événements. Le bruit orchestré autour de la grâce sans décret du pensionnaire malade Gervais Mendo Ze, sa maladie et sa mort à travers des vidéos diffusées dans les réseaux sociaux, serait à l’origine de la montée subite d’adrénaline de l’homme-lion. L’homme mis au centre de cette projection cinématographique n’est autre que Charles Ndongo, l’actuel directeur de la CRTV, le médium d’état. En termes de discours, une image du DG de la télévision nationale entrain d’affirmer  » le suivi de l’état de santé du professeur Gervais Mendo Ze depuis le début de la maladie jusqu’aux instructions du Président qui ont permis d’utiliser une voiture présidentielle pour des soins » dignes d’un grand serviteur de l’état » et qui  était prêt à tout donner » pour que la politique du chef de l’État soit traduite dans les actes.

Polémique cette fois, est-ce la traduction de ces actes qui a conduit l’ancien DG de la CRTV à la prison centrale de Kondengui et que le boss en soit si satisfait à instruire à ses collaborateurs de prendre des dispositions dont parle la vidéo ? Ce qui reste évident, c’est que Pythagore est un homme du sérail. Il n’y a qu’à voir ses épaules interviewant le chef de l’État, ses entrées et sorties du Palais d’etoudi ou ses interventions télé à la faveur du  » Maître du temps ». Les jours qui viennent en diront plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *