La popularité de l’enseignant réveille le côté rétrograde de la patronne de l’institution académique.

Tout a commencé à l’aéroport international de Yaoundé Nsimalen où le Professeur Messanga Nyamding prenait son vol à destination de Garoua où est logé l’annexe de l’université de Ngaoundéré, lieu de l’affection disciplinaire de l’enseignant internationaliste. Un mal pour un bien, en croyant le faire taire pour ses multiples sorties scabreuses, l’accueil de l’enseignant au sein du campus, a ressemblé à un meeting politique interdit. Tellement les cops et certains de ses collègues l’on accueilli en trompettes que madame le recteur Ufei Chinje a cru bon de vouloir étouffer un homme qui fait le buzz depuis quelques semaines dans les médias. Le ridicule aura atteint son comble lorsque la jeune dame recteur et professionnellement moins expérimentée, s’est physiquement interposée pour briser et réduire au néant ce que d’aucuns craignaient voire en des débordements pouvant susciter un soulèvement estudiantin. Heureusement, tout est bon qui finit bien comme l’avaient si bien dit certaines voix qui comptent dans le nord que, « le professeur Messanga Nyamding est et sera le bienvenu à l’annexe de l’université de Ngaoundéré situé à Garoua et le billet d’avion et le logement lui sont garanti ». La pauvre Ufei Chinje qui craint la montée d’adrénaline du ministre Jacques Fame Ndongo de l’enseignement supérieur de qui elle tient son poste de recteur, a préféré sacrifier la toge de son collègue à l’autel de l’acharnement au profit des apprentis politiciens, fabrication du président Paul Biya. Que redoute madame le recteur en ce sémillant professeur ? Les jours qui viennent à la suite de cette sortie de piste de Ufei nous apporteront sûrement à voir et à entendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *