Le ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie, a procédé le lundi 12 avril 2021 dernier au lancement du plan national de vaccination anticovid, en se faisant administrer la première dose du vaccin chinois Sinopharm réceptionné la veille.

Le ministre de la Santé publique (Minsanté), Manaouda Malachie, a ouvert le bal de la vaccination contre le Coronavirus au Cameroun, le 12 avril 2021. C’était au centre de prise en charge spécialisé de l’ancien Orca à Yaoundé. Le patron de la santé s’est vu administrer le tout premier flacon du vaccin chinois Sinopharm, dont une première cargaison de 200 000 doses  a été réceptionnée dimanche par le Premier ministre Joseph Dion Ngute, à l’aéroport international de Yaoundé Nsimalen. C’était en présence de l’Ambassadeur de Chine au Cameroun, Wang Ying Wu, des institutions partenaires telles que l’Organisation mondiale de la santé (OMS), et du Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud). A cet effet, le Chef du gouvernement a fait savoir qu’il « est prêt à prendre ce vaccin n’importe quand parce que les professionnels de la santé nous dise que c’est la meilleure chose à faire ». Cette dotation chinoise vient ainsi rejoindre les autres dotations de l’empire du milieu déjà reçu par le Cameroun depuis l’apparition du premier cas de Covid-19, le 6 mars 2020. Notamment le don du milliardaire chinois et fondateur de la plateforme de commerce en ligne Alibaba, Jack Ma. Dotation qui se composait de 20 000 kits de tests ainsi que 100 000 vêtements de protection et écrans faciaux à usage médical.

Déploiement

Le premier stock reçu sera alors acheminé dans les dix régions du pays suivant une répartition élaborée par le Programme élargi de vaccination (PEV). Le pays dispose donc de 243 centres de vaccination déjà identifiés et préparés, avec des centres spéciaux dans les villes de Yaoundé et de Douala et les différents chefs-lieux de région. Les personnes ciblées en priorité dans le cadre de cette opération de vaccination sont : les personnels de santé, les personnes âgées de 50 ans et plus, des personnes avec des comorbidités (hypertension, diabète, pathologies respiratoires, obésité) et d’autres  catégories spécifiques de la population à l’instar des enseignants et des forces de maintien de l’ordre. Selon une note d’information du ministère de la Santé publique rendu publique ce 12 avril, le lancement par Manaouda Malachie du plan national de vaccination se poursuivra le mardi 13 avril à l’hôpital central de Yaoundé, et à l’hôpital de district de Bafia. Par la suite, le Minsanté poursuivra cette opération dans les régions du Littoral et du Sud-Ouest, respectivement le jeudi 14 et vendredi 15. « A sa suite, le gestionnaire de l’incident pour la riposte au Covid-19, prendra le relais pour la supervision dans les différentes régions pendant que les délégués régionaux de la santé publique assureront la supervision de la mise en fonctionnement progressive des 243 sites de vaccination dédiés pour la cause », renseigne le communiqué. S’agissant du vaccin en lui-même, il se présente sous une formulation liquide de flacon mono dose d’une contenance de 0,5ml par dose. Il s’administre en deux doses avec un intervalle de 21 jours. Il se conserve à une température de +2°C-+8°C. Température qui est conforme aux équipements de la chaîne de froid du pays. Rappelons que dans le cadre du plan de vaccination national, sous l’avis du Conseil scientifique et du Groupe technique consultatif national pour la vaccination (GTCNV), le gouvernement a approuvé plusieurs vaccins à savoir AstraZeneca, Johnson & Johson, Sputnik-V et Sinopharm. Il est annoncé pour le 17 avril prochain l’arrivée d’une deuxième cargaison de vaccin anticovid, de 400 000 doses d’AstraZeneca.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *