Dans le cadre de l’enquête sur la gestion des fonds Covid19, Laurent Esso entend confondre Atanga Nji pour mieux exposer le SGPR Ferdinand Ngoh Ngoh.

L’enquête transmise par Popol à l’hydre du Minjustice en vue de sanctionner avec fermeté les auteurs et acteurs de la gestion des fonds Covid19, montre selon les enquêtes que, si le Minsanté est au carrefour de la mafia, les commanditaires sont logés à des secteurs insoupçonnables. Les plus suspects dans l’affaire sont aujourd’hui les patrons de la sécurité et du secrétariat général de la présidence de la République. Au total, un montant mal géré et parfois distrait d’environ 288 millions de francs CFA. Selon nos sources, des marchés de complaisance ont été attribués au Minsanté et des dons revendus à l’Etat par le Minadt. Dans l’avancement de l’enquête, et pour y voir plus clair, les fins limiers du TCS entendent avoir les versions séparées de trois hautes personnalités : Ngoh Ngoh, Dion Ngute le PM et Atanga Nji du Minat. Une requête serait alors introduite par le Minjustice auprès du chef de l’État dans la perspective d’avoir la version de chacun. Pour la petite histoire, le PM aurait opposé son véto contre les marchés passés au Minadt. Contre son opposition, le SGPR aurait ordonné des démarches à la faveur du Minadt. Au Finish, les enquêtes de la chambre des comptes de la Cours Suprême aurait révélé plusieurs anomalies et c’est ce à quoi s’attèle Esso et ses magistrats du Tribunal Criminels Spécial pour tenter de démêler l’écheveau. Ce qui s’apparente à un équilibre instable entre le Minjustice et le SGPR. Paul Biya permettra-t-il à la justice de continuer son travail ? L’épée semble suspendue sur la tête des dinosaures que sont Ngoh Ngoh et le sémillant Atanga Nji.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *