La cérémonie d’installation et de transmission des pouvoirs traditionnels au nouveau Zomloa de la famille Issongo’o a eu lieu, le 08 mai dernier, à Nkomo-Awae Carrefour.

La grande famille Issongo’o du Cameroun était à l’honneur samedi, 08 mai 2021. Car, son fils, Daniel Eutrope Okala, a été élevé à la dignité de Zomloa. La cérémonie d’installation et de transmission des pouvoirs traditionnels au nouveau Zomloa a eu lieu à Nkomo-Awae Carrefour. Parents, amis et connaissances ont tenu à vivre l’événement, afin de témoigner leur affection au nouveau gardien de la tradition beti.

« Au rang de mes missions, je vais fédérer la famille, parce qu’elle est éparpillée ; je vais essayer de réunir ses membres de sorte qu’il y ait moins de palabres entre nous les frères et sœurs, étant donné que nous sommes très encrés à disputer les terrains et bien d’autres choses ; je vais faire en sorte qu’il y ait le calme », a indiqué Daniel Eutrope Okala, avant d’embrayer sur l’arbre généalogique des Issongo’o. « S’agissant de notre généalogie, je dois dire que les Issongo’o sont venus de la grande Egypte. Ils se sont divisés. Il y en a qui sont allés en République centrafricaine, d’autres sont venus au Cameroun. Et nous, notre souche, nos alleux, se sont implantés ici autour de Yaoundé, c’est-à-dire à Meyo. Et, on s’est éparpillés, à cause des travaux forcés à l’époque de la colonisation, où on prenait nos parents de force, pour aller faire certains travaux. Ceux qui réussissaient à s’échapper, allaient s’installer là où ils pouvaient, pour être à l’abri du travail forcé. Et c’est ainsi que nous nous sommes dispersés. Il y en a qui sont dans le Sud, ici à Nkomo ; il y en a qui sont dans la zone de Nkol-Afamba, à Nkolanga, à Mfou, et même dans la Vallée du Ntem, sur la route de Sangmélima, après Zoetélé. D’autres sont sur la route d’Ebolowa, juste après le pont sur le So’o ». Faut-il le relever, le Zomloa, c’est le chef des chefs d’un clan. « Chaque famille a un chef qui parle en son nom. Et, le Zomloa est au-dessus de toutes ces familles-là ; il est comme le prêtre de la tribu ; c’est lui qui donne les bénédictions, qui enlève les mauvais sorts ; et c’est lui qui est capable d’arrêter la malédiction », a fait savoir le Zomloa Okala.

Arianne TSAMO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *