Sourou au Tchad et Mbang en RCA ont été le théâtre d’affrontements entre les éléments des forces armées centrafricaines et tchadiennes ce 30 mai 2021.

C’est par un communiqué émanant du Ministère des affaires étrangères du Tchad le 31 mai  qui annonce « l’attaque des éléments des forces armées centrafricaines (FACA) sur une dizaine d’éléments en poste d’observation à Sourou, la localité frontalière entre le Tchad et la RCA. »  Le bilan selon les sources tchadiennes est de 05 soldats tchadiens tués et 01 blessé. Prenant à témoins la société internationale, le ministre tchadien des affaires étrangères a souligné que cet acte ne resterait pas impuni. De la parole à l’acte, le gouvernement de transition tchadien a mobilisé dès le lendemain le long de sa frontière avec la RCA, des troupes lourdement armées. Côté centrafricain, le ministre tchadien a regretté dans un communiqué en réponse à la menace des forces armées tchadiennes (FAT), « l’incident provoqué par des hommes armés tchadiens en tenues civiles qui a fait des morts et des blessés de part et d’autre ». Le gouvernement centrafricain a également prévenu les autorités de N’djamena en dépêchant son Ambassadeur pour expliquer en demandant aux frères et amis tchadiens de  » ne pas tomber dans le piège d’un affrontement inutile et sanglant au moment du renforcement de l’intégration en Afrique centrale tant recherchée « . De l’avis de nombreux observateurs, la France qui n’a toujours pas toléré la signature de l’accord de défense entre Bangui et Moscou, serait à l’origine de ces montées d’adrénaline ». En tous cas, le régime frileux actuel de N’djamena a intérêt à se calmer et suivre les Conseils du Cameroun qui est aussi visé pour être plus durement déstabilisé. Yaoundé qui soutient de très près les deux pays, est déjà sur le terrain de la diplomatie en préparant son armée à s’interposer si cela est nécessaire. Au moment où l’Afrique centrale resserre les rangs pour renforcer son intégration sous-régionale, Paris croit toujours à sa désuète méthode du jeu du pompier pyromane.  A suivre. Pour preuve, des sources diplomatiques et militaires indiquent que deux avions militaires, partis de l’aéroport français de N’djamena ont délibérément survolé à basse altitude les environs de Bangui ce 1er juin 2021, testant en provoquant l’armée centrafricaine et ses alliés russes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *