Les huissiers de justice stagiaires broient du noir au Cameroun. Plusieurs d’entre eux sont en attente de charge depuis une vingtaine d’années.

«…La loi de 1979 portant organisation de la profession exige que pour être huissier, on doit être licencié en droit être admis en stage chez un parrain et faire deux ans de stage. Apres avoir passé son examen de fin de stage et devenir huissier plein, pour être nommé, il faudra passer ces étapes pour être nominé par la présidence de la République pour charge correspondante. Or, depuis 21 ans pas d’examen de sortie. 100 attendent composer alors que 187 ont eu l’examen depuis contre 311 charges disponibles. En nommant tous ces demandeurs, il y aura un déficit de plus de 20 charges car il n’y a plus d’admission en stage et les jeunes licenciés ont fui l’entrée dans la profession. Un groupe des parlementaires tentent de comprendre la situation avec ses huissiers en attente de charge à plus de 65 ans d’âge pour certains et d’autres déjà inaptes, c’est quoi le réel problème?», dénonce l’honorable Benilde Djeumeni, député Sdf et président du Réseau parlementaire pour les Banques et les Assurances, dont la publication partagée sur sa page Facebook. Une vingtaine d’années d’attente. «Une éternité pour ces mendiants de la justice qu’ils sont devenus à force d’attendre en vain, un fameux acte présidentiel qui n’est jamais arrivé. Dans la douleur et la durée de ce combat vain, certains sont morts ou ont perdu leurs titulaires et donc, ont du mal à exercer, à gagner leur vie». Et pourtant, rendu en 2021, les chiffres actualisés avoisinent les 500 charges à pourvoir, et seulement 186 dossiers d’attribution en attente. Ceux qui attendent depuis 27 ans sont issus de la promotion de 1994, 1996 pour ceux dont l’attente dure 25 ans et 2000 pour ceux qui ont rongé leurs freins pendant 21 ans, la dernière promotion. Et si l’on attribuait les charges aux 186 qui ont déjà achevé le parcours du combattant qui leur est prescrit, il resterait encore 314 charges à pourvoir, et sans candidat, puisqu’il n’y a pas eu de nouvelles admissions en stage depuis l‘an 2000, précise le journal. Malgré les correspondances adressées et les démarches entreprises auprès des administrations compétentes, aucune perspective de l’organisation de l’examen de fin de stage d’huissier de justice ne s’ouvre à l’horizon. Face à cette situation, ces huissiers de justice en attente de charge implorent, depuis de nombreuses années, l’intervention du président de la République, Paul Biya.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *