C’est une poignée de membre du gouvernement dont l’exemplarité dans la bonne gouvernance n’est plus à démontrer. Une fois de plus ils sont passés outre dans la gestion chaotique des fonds Covid démontrant par là leur capacité à se démarquer des folles envies financières de certains de leurs collègues.

Non sans jeter le discrédit à la présomption d’innocence relevée par le MINCOM René Emmanuel SADI dans son approche médiatique au sujet de la gestion calamiteuse des fonds Covid-19 imputées à plusieurs de nos ministres ; il faut tout simplement relever que la perte de notoriété publique est devenue la chose la mieux partagée chez les gestionnaires publics au Cameroun. Les 180 milliards de Fcfa alloués par les institutions financières internationales pour palier à la pandémie à corona virus au Cameroun sont devenus une pierre d’achoppement quant à la suite des relations saines entre notre pays et les bailleurs de fonds que sont : le FMI et la banque mondiale. Ceci dit, plus de 20 membres du gouvernement DION NGUTE seraient au dépourvu de leur honorabilité ainsi que de leur notoriété parce que soupçonnés d’avoir distraits quelques milliards du FMI. Entre sous consommation frauduleuse des enveloppes, surfacturation, marchés fictifs, inadéquation dans le respect du code des marchés publics. Beaucoup d’eau a coulé sur le pont. Les enquêtes se poursuivent jusqu’aux collectivités locales décentralisées en contact direct avec les populations. Mais au finish que se passe-t-il réellement dans les relations entre nos dirigeants et l’argent public ? La question vaut son pesant d’or et jette un pavé dans la mare au diable. Pourquoi pensent-ils vivre seuls et voire les autres mourir suite à la pernicieuse pandémie ? Plus loin dans notre analyse, il semble que le panier gouvernemental n’est pas seulement fait de crabes, il y existe aussi des hommes qui naturellement, n’ont rien à se reprocher dans cette scabreuse affaire. Et l’opinion publique de se poser bon nombre de questions à ce sujet. N’ont-ils pas reçu l’argent ? Auraient-ils reçu et ont bien géré ? Comment gèrent-ils  leurs départements ministériels ? y a-t-il des bruits y afférents de ce côté ? depuis la présidence de la République en passant par le ministère de la défense, la justice, le MINDCAF… etc. tout semble régner dans l’ordre normal des choses. Les mêmes causes produisent les mêmes effets, les 180 milliards auraient été dilapidés par ceux-là mêmes qui ont l’habitude d’avoir quelques soucis avec les deniers publics. Nous sommes persuadés que dans l’avenir les auteurs de la malversation sauront copier le bel exemple de gouvernance relevé au cabinet civil, au MINDEF, au MINDCAF, à la justice et bien d’autres départements ministériels qui se sont échappés à cette boulimie financière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *