Celles-ci ont été arrêtées lors du forum sur le financement de l’entrepreneuriat territorialisé, organisé par le Réseau des parlementaires pour la promotion de l’entrepreneuriat privé, présidé par l’Honorable Roger Melingui.

Dans l’agenda des activités des députés camerounais, réunis dans le cadre de la session parlementaire du mois de juin 2021, a figuré le forum sur le financement de l’entrepreneuriat territorialisé. L’évènement tenu le 14 juin 2021, organisé par le Réseau des parlementaires pour la promotion de l’entrepreneuriat privé (Repep), avait pour thème « Prospective pour un financement efficient ». L’objectif visé par ce forum porté par l’Honorable Roger Melingui président du Repep était d’explorer, construire et diffuser les hypothèses de financement durable et efficient de l’entrepreneuriat. De façon spécifique, il s’est agi d’explorer et évaluer les différents tableaux de financement de l’entrepreneuriat ; consolider et enrichir les hypothèses de financement de l’entrepreneuriat et évaluer et diffuser les approches innovantes de financement de l’entrepreneuriat. Au sortir de cette concertation, il a été formulé à l’intention des parties prenantes, 10 recommandations visant à améliorer le financement de l’entrepreneuriat privé au Cameroun. Sur le plan politique et stratégique le Repep ressort deux aspects : le renforcement des instruments de stimulation, de diffusion et de mobilisation de l’intégralité des composantes du corps social autour de la culture d’entreprendre (milieu scolaire, universitaire, collectivités territoriales décentralisées etc). Et  l’élaboration, l’adoption et la publication par le gouvernement, d’une stratégie nationale de développement, de promotion et de protection de l’entrepreneuriat privé au Cameroun, assortie d’un cadre d’opérationnalisation dressant la cartographie des acteurs, leur rôles, leur positionnement ainsi que les modalités d’évaluation de leur activité. Sur le plan opérationnel, on peut noter  entre autres l’aménagement des mesures visant  l’incitation des promoteurs publics ou privés  investir sur les porteurs de projets (business angels, parrains, mentor, tuteur, etc.) ; la création de Grand Prix Nationaux, régionaux, départementaux ou communaux pour célébrer la qualité entrepreneuriale en générant de la reconnaissance aux entrepreneurs ; la promotion des cadres de concertation et de collaboration public-privé pour l’augmentation du volume des fonds prêtables, le développement des instruments de la finance participative (crowdfunding, fundraising, etc.). On peut y ajouter, la mise en place des mécanismes d’accompagnement global et personnalisé au sein des Centres d’incubation portés par les collectivités territoriales décentralisées en collaboration avec les institutions de formation ; la tenue à fréquence  annuelle d’un forum sur l’entrepreneuriat territorialisé dressant une évaluation de l’Etat de mise en œuvre des présentes préconisations et, le cas échéant, la suggestion des préconisations mélioratives. Notons ici que les activités menées par le Réseau des parlementaires pour la promotion de l’entrepreneuriat privé (Repep), sont des initiatives en direction des jeunes, qui visent le financement des entrepreneurs réunis en coopérative, le plaidoyer pour la mise en œuvre d’un cadre stratégique national porté par le gouvernement, la formation à la culture entrepreneuriale etc. La rencontre du 14 juin, a vu la participation de certains membres du gouvernement notamment le ministre des Petites et moyennes entreprises qui a exposé sur « comment réduire les pertes subies par les projets et augmenter le volume des prêts », le ministre des Postes et télécommunications. Qu’accompagnait le Président des Communes et villes unies du Cameroun (Cvuc), Augustin Tamba.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *