A l’issue de sa visite sur le site du projet d’Alimentation en Eau potable de la ville de Yaoundé (Paepys), le ministre de l’Eau et de l’énergie a montré son satisfécit quant à l’avancement des travaux dont le taux actuel est de 78%.

La livraison entière du projet est prévue pour la fin d’année 2022. «D’ici la fin d’année 2022, les populations de Yaoundé auront d’avantage d’eau.» L’assurance vient être faite par le ministre de l’Eau et de l’Energie, Gaston Eloundou Essomba, au cours de sa visite sur les sites du Projet d’Alimentation en Eau Potable de la ville de Yaoundé et ses environs à partir du fleuve Sanaga(Paepys) ce 27 juillet. De Nyom II à Obala passant par Batchenga le membre du gouvernement à fait le tour des chantiers de ce projet d’envergure. Il était question de faire une évaluation des travaux avec les parties prenantes afin de s’assurer du respect du calendrier du Paepys, qui bénéficie déjà d’un rallongement de deux ans. « Je rentre avec un sentiment de très grande satisfaction. Les travaux avancent très bien, nous constatons un taux de réalisation qui est de l’ordre de 78%, nous parlons du taux de réalisation global du projet. En terme de calendrier, d’ici la fin de l’année 2022, les premiers mètres cubes d’eau de Batchenga seront livrés dans la ville de Yaoundé», annonce le ministre de ministre de l’Eau et de l’Energie, Gaston Eloundou Essomba. Dans les détails, la station de captage et de pompage d’eau brute à Nachtigal affiche un taux de réalisation de 93%, et de 96% pour l’usine de traitement d’eau à Emana Batchenga. Le poste de transformation à Nkometou quant à lui affiche un taux de 96%. La station de reprise de pompage d’eau traitée à Nyom II est de 53%. Cet état d’avancement est la résultante d’un réaménage. « La direction du projet a changé en fin d’année 2020. On n’a eu une nouvelle dynamique sur le projet, un nouveau directeur qui est arrivé. En six mois on n’a travaillé plus ce que ce qu’on n’a fait en deux ans », confie Dzogang Romaric chef du lot mission de contrôle de Veolia. A terme, le projet doit résoudre de façon durable le déficit de production d’eau potable pour la ville de Yaoundé et ses environs à travers une production complémentaire d’eau potable de 300 00 mètres cubes par jour, extensible à 400 000 mètres cubes par jour.

L’épineux problème

Actuellement, la ville de Yaoundé dispose d’un total de 185 000 m3 d’eau potable par jour dont 135 000 m3/j proviennent de l’usine de traitement d’eau d’Akomnyada à Mbalmayo et 50 000 m3/j de l’usine rénovée de la Mefou à Yaoundé. Cette importante offre reste, néanmoins, inférieure à la demande qui atteindrait 300 000 m3/j d’eau potable. En effet la Cameroon Water Utilities Corporation(Camwater), fait face à des problèmes d’ordre structurel, technique, et financier qui affectent considérablement la qualité du service. A cela faut ajouter, le manque de synergie d’actions dans le cadre des interventions sur les voiries et les travaux routiers, souvent à l’origine de l’ensevelissement sous chaussées bitumées des ouvrages comme les vannes et ventouses, ainsi que l’expositions des canalisations, les rendant ainsi sujettes à des casses et à la contamination de l’eau qu’elles transportent. Ces travaux entrainent par ailleurs des pertes importantes de volumes d’eau traités causée par la destruction des réseaux et branchements sans remplacement. Toutes choses qui entrainent la discontinuité du service public de l’eau. Rappelons que le Projet d’Alimentation en Eau Potable de la ville de Yaoundé et ses environs à partir du fleuve Sanaga (Paepys), est le fruit de la coopération entre la République du Cameroun et la République populaire de Chine, depuis le mois de janvier 2017. Chacune des composantes du Paepys constitue à elle seule un « grand projet » à part entière, du point de vue de sa spécificité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *