En cette période des vacances pour les jeunes scolarisés, les artères des villes de Yaoundé et douala sont minées par le commerce ambulant des enfants  exposés à des dangers.

Ils sont âgés entre 7 ans et 20 ans, ces enfants qui écument les artères de Yaoundé avec des plateaux sur la tête, pour d’autres, des mains bourrées de marchandises. Ils proposent aux automobilistes dans les carrefours et embouteillages des gadgets, bonbons, chocolat, kola, bita kola, citron, mouchoirs, arachides, prunes, oranges, etc. Parfois, ils faufilent entre les véhicules dans l’indifférence totale de se faire heurter par un automobiliste. Le plus important est de faire des bénéfices en écoulant la marchandise.

Sauf que dans cette arène de l’inconfort et de l’imprudence, les enfants, parfois poussés par les parents sont exposés aux vices comme la drogue, la délinquance juvénile. Aujourd’hui, plus de 15% des enfants de 15 ans s’intéresse à la drogue. Le tramadol, commercialisé sous l’appellation de Tramol est recherché dans la rue par des individus de tous les âges et de toutes les catégories sociales. La cible principale étant les plus jeune. Enlèvements, viols et autres vices prennent de plus en plus l’ampleur.

La question fondamentale est donc pourquoi laisser un enfant qui n’a pas encore la majorité allé affronter la rue et ses vicissitudes. La raison avancée par certains qui pensent aider les parents à préparer leurs rentrées scolaire est  des plus absurdes. La parenté responsableappelle à la protection des enfants qui ont bien évidemment des droits et des devoirs.

Source Diapason

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *