Le Commandement traditionnel, le patriarcat, la société civile, les associations de développement locaux et autres mouvements associatifs à priori, apolitiques, sans oublier les élites… exercent une influence sérieuse sur le processus des renouvellements des organes de base du Rdpc dans leurs localités, en organisant des consultations préalables qui accoucheront des listes consensuelles afin d’éviter des déchirures au sein des familles. Ces espèces de primaires dont le bien est pourtant fondé, ne sont pas prescrites dans la circulaire du Président national du Rdpc. Décryptage…

L’on a observé dans des familles et les communautés que les batailles électorales laissent souvent des séquelles et blessures parfois inguérissables entre des frères, qui pis est, la mort y règne même parfois.

Mais comment un jeu quoi qu’ayant des enjeux, peut autant diviser et décimer des familles ?

Voilà pourquoi des réseaux d’influences d’influence sérieuses sont en branle, pour attraper le taureau par les cornes. Il s’agit du Commandement traditionnel, le patriarcat, la société civile, les associations de développement locaux et autres mouvements associatifs à priori, apolitiques, sans oublier les élites… ils influencent sérieusement dans cette affaire. Ils font asseoir des acteurs politiques et surtout les potentiels candidats et cherchent à tout prix à obtenir un consensus au sein des communautés. Dans un arrondissement comme celui de Mfou qui a 08 groupements par exemple, chaque groupement s’assoit avec ses militants et produit deux noms par organe de base et dans chaque organisation spécialisée, ce qui produira en effet une liste consensuelle de 16 noms par bureau tels que l’exigent les textes de base du parti, dans le strict respect de l’implication des jeunes, des femmes et des allogènes. Pour les postes de Présidents, des critères en principe objectifs, sont élaborés pour une compétition à l’amiable et en famille. Cet arrangement consensuel est assez louable dans la mesure où il évite des fissures, des déchirures et même la mort, au sein des familles et communautés.

Toutefois, il présente deux risques. Tout d’abord, il n’y a une forte odeur de manipulation et de rançonnement des candidats à la candidature. En plus, il y aura des mécontents  et ces mécontents seront frustrés et se souviendront que la circulaire du président national du Rdpc ne leur interdit nulle part de présenter leurs candidatures, voire de challenger cette liste consensuelle et Bienvenue les guerres et guéguerres une fois de plus !

De l’autre côté, la circulaire du président national n’a prescrit aucune élection primaire dans le cadre de ces opérations de renouvellements des organes de base du Rdpc, l’élection est libre et directe, l’ambition est légitime, le vote est populaire, en scrutin de listes certes, mais que le meilleur gagne !

La circulaire du Président national du Rdpc a mis un accent sur la construction d’un profil de carrière en politique, sur l’intégration des femmes et des jeunes dans les bureaux Rdpc de Sections, de Sous-sections, de Comités de base et de Cellules. Il en est de même des allogènes qui devront être pris en compte.

En vérité, si la circulaire est respectée dans ces opérations de renouvellements des organes de base, le Rdpc sera sauvé et ne volera pas en éclats après le Président Paul Biya.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *