Pour une histoire foncière, un natif abattu et le Commandant de la brigade locale sous soins intensifs.

Ce qui a eu lieu à Bafang, le chef- lieu du département du Haut-nkam, région de l’ouest du Cameroun, a tout l’air d’un film du Texas américain. Ce matin du 14 août 2021, le CB de Bafang, en la personne de l’adjudant-chef Mbi Bang, accompagné d’un de ses éléments le nommé Ndi Aboubacar, sont sur le terrain, histoire de vérifier les plaintes d’un natif de la localité qui  » disait être victime d’usurpation d’un terrain sur lequel sont disposés des engins de terrassement « . Arrivés sur les lieux, les deux gendarmes sont agressés verbalement par un autre natif qui leur ordonne de quitter sa propriété. Le temps de se présenter et poser des questions, « l’homme fort des lieux n’a pas supporté la présence des gendarmes et a sérieusement haché à coups de machette, le CB » a affirmé un indic rendu sur place.  » Se sentant en danger et voulant sauver la vie de son patron couché et couvert de sang et sous la menace continuelle de l’homme à la machette, le gendarme a directement abattu le monsieur », poursuit notre source. Selon un autre témoin rendu sur les lieux, « c’est le coup de feu qui a ameuté les populations dont une bonne partie voulait en finir avec les deux hommes en tenue » a déclaré une femme sur les lieux. Alerté, le préfet de Bafang qui a fait une descente sur les lieux a finalement réussi à mettre en lieu sûr le gendarme qui a abattu le natif du coin. Le CB selon les dernières informations, serait cliniquement en situation stable et serait préparé pour une évacuation urgente sur Yaoundé. Le gouverneur de la région de l’ouest était toujours attendu parce que depuis ce matin du 14 août, la ville est restée bloquée par les populations en colère contre le gendarme sécurisé. On espère que le calme vas revenir dans la ville après que la famille du défunt a récupéré le corps, et que des troupes de la police du groupement spécial des opérations ( gso) sont en route depuis Yaoundé pour un renfort à Bafang et ses environs. A suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *