Après moult tergiversations, le Cameroun a été rétabli dans ses droits d’organisateur de la CAN 2022, ce qui nous réjouit tous. Pourtant il y aura un grand absent dans la tribune officielle. Vous l’avez tous reconnu. Il s’agit de votre compatriote, Issa Hayatou. Pour l’avoir côtoyé depuis 1975 je peux vous dire qu’il a été un grand Camerounais et un grand Africain. Mais Gianni Infantino qui n’avait pas peu contribué à sa défaite de mars 2017 pour la reconduction de son mandat à la tête de la CAF, bafouant les règles les plus élémentaires de la neutralité. Comme par hasard, il a décidé de le suspendre de toutes ses activités dans le football pour une année sachant qu’il le désignait persona non grata pour la CAN.

C’est une honte et vous ne devez pas la laisser passer. Aussi je vous suggère le jour de la cérémonie d’ouverture, et à chaque fois que le président de la FIFA se montrera dans un de vos stades, de scander, dans une ola, HA…YA…TOU. Une formidable manière de faire comprendre que vous n’avez pas oublié et que vous n’oublierez jamais l’insulte faite à l’un des vôtres.

Je pourrais vous parler longtemps de cet homme dont je me flatte d’être l’ami.

Ce serait un acte sportif et politique. Ce serait la manière de dire et de répéter à haute voix que les temps de la colonisation ne doivent plus jamais avoir court.

Je veux vous faire une confidence. Il y a quelques années, Issa Hayatou avait été reçu, à la demande de ce dernier, par le Président Barack Obama dans le salon ovale de la Maison Blanche (faites donc la liste des Chefs d’Etat africains qui ont un jour été reçus par le Président des Etats-Unis…). Barack Obama voulait lui parler de la candidature des Etats-Unis à l’organisation de la Coupe du monde. Au cours de la conversation, le Président de la CAF avait dit à son hôte : « Monsieur le Président lorsque les Africains sollicitent un visa pour se rendre aux Etats-Unis, ils se voient heurtés à un refus ».

J’ajoute qu’Issa Hayatou avait refusé le billet d’avion mis à sa disposition et que c’est la CAF qui avait pris à sa charge son déplacement, en signe d’indépendance.

Je n’ai pas d’autre commentaire à faire sur le comportement de ce très Grand Monsieur.

Si vous pouviez écouter ce message, votre pays en sortirait grandi et l’écho à votre acte serait énorme, bien au-delà des frontières de votre pays.

Je compte sur vous. Faites-le savoir autour de vous. Je ne doute pas que vous recevrez l’adhésion de tous.

PAR GÉRARD DREYFUS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.