téléchargé

La rixe a eu lieu entre un magistrat et les éléments d’un contrôle mixte police gendarmerie à Bonis sur l’axe Yaoundé-Bertoua.

Une vidéo qui fait encore le tour de la toile. Selon les informations publiées par la police,  « on voit un monsieur en altercation verbale avec une gendarme à qui il s’adresse en lui disant : vous ne pouvez plus me contrôler », d’après la vidéo qui ne montre malheureusement pas le début de cette affaire. Le Monsieur a alors soulevé le javelot qui sert de signalement du poste de contrôle et de l’arrêt obligatoire. Alors que les gendarmes laissent passer le monsieur, arrivé un policier qui visiblement empoigne violemment le monsieur, le traînant jusqu’à la cabane de vérification. Une situation ridicule qui montre s’il fallait encore en douter que  » bien de jeunes aujourd’hui sortis des grandes écoles, présentent de nombreuses insuffisances à la base et au cours de leur formation », fait observer un responsable proche de l’enquête conjointe entre responsables de la sécurité et la justice de la ville de Bertoua. Les premières conclusions font observer que » il y a des gestes et signaux qu’aurait envoyés (?) le magistrat envers la gendarme qui sûrement par bons réflexes, a souhaité obtenir de ce magistrat un élément de preuve de son statut ; ce que ce dernier malheureusement n’a pas présenté. De là à être brutalisé par le policier ? « Les paroles de l’homme en treillis montre qu’il était déjà informé du statut du magistrat mais, pensant être aussi protégé par Atanga Nji Paul, il a fait montre de comportement sanctionnés par la police », confie une source proche de la justice. Alors, les hommes en tenue savent-ils que les magistrats sont leurs patrons ? Pourquoi disait-il au magistrat qu’il faut apprendre aussi à nous respecter ? », continue notre source. On pourrait désormais penser que les menaces du ministre Paul Atanga Nji » contre toute personne quelqu’un soit sa personnalité se retrouvera dans le pays de si je savais » a alors rencontré garçon, et pas des moindre! Si l’ordre semble regagner les rangs, la froideur des magistrats ne laissera pas se reproduire pareille ignominies afin que la collaboration continue de respecter le rang des uns et des autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.