L’annonce du retrait des troupes coloniales françaises au Mali constitue le dernier acte des relations bilatérales entre Bamako et Paris.

La décision du président français Emmanuel Macron de retirer définitivement ses troupes du territoire malien appelle une nouvelle ère de coopération entre la France et le Mali. Selon plusieurs sources africaines,  » le Mali vient de sortir du joug de la colonisation française et la décision du président Macron de retirer ses troupes est une manière de vouloir sortir de l’humiliation alors que les autorités de Bamako, après avoir expulsé l’ambassadeur français, ont ordonné le déguerpissement des troupes françaises qui se sont installées illégalement sur le territoire malien ». A toutes les tentatives françaises d’orchestrer une solidarité européenne contre les autorités maliennes via certains chefs d’états africains à la solde, Bamako est resté inflexible, provoquant même la distanciation de plusieurs pays européens. La secrétaire générale du l’Union européenne, a même souligné que  » les Africains n’ont plus besoin des financements européens. Il désormais se détacher de l prédation, de la domination et du néocolonialisme. Il désormais tenir compte du développement dont ont besoin les pays africains pour leur développement dans des relations gagnant-gagnant. Il ne s’agit donc pas de déplacer les troupes au Niger pour prétendre encore lutter contre la criminalité au sahel. Heureusement, la ligne est tracée :  » la coopération avec les états européens est désormais inscrite dans le cadre individuel et bilatérales parce que chacun des états aura un cadre spécifique et des objectifs bien définis », ont martelé le pouvoir malien dans une conférence avec les ambassadeurs accrédités à Bamako.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.