Ngoh-Ngoh-Beti-Assomo

A la volonté de Ngoh Ngoh de tout contrôler, s’oppose la finesse des mouvements du Mindef.

Tous les yeux semblent aujourd’hui braqués sur le ministre d’État Secrétaire général de la Présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh. La cause?  » Outre sa proximité affichée avec la première dame du Cameroun, on voit de plus en plus les initiatives prises pour centraliser et contrôler tous les outils de gestion du pouvoir suprême par le ministre d’État », confie une source de la Dgre. Dans le même registre, on a pu constater l’utilisation un tantinet abusif de L’expression  » sur Très Hautes instructions du Chef de l’Etat » pour faire et défaire ceux des ministres soupçonnés de remplacer l’actuel Sgpr. Encore frais dans la mémoire collective, la gestion des fonds COVID, les travaux de construction du stade Olembé, et mieux le remplacement par des proches, de la gestion des câbles téléphoniques et internet de la Présidence de la République pour dit-on,  » retirer progressivement le pouvoir des mains de Paul Biya atteint par la plus grande vieillesse ». Mais attention ! Est-ce un piège de plus tendu par ‘ l’homme-lion pour mieux prendre son poulain atteint par la maladie du pouvoir ? Au moment où le Sgpr enclenche et gère certains mouvements, « le ministre de la défense Joseph Beti Assomo a obtenu, via le DCC, le redéploiement de certains officiers très liés à la sécurité du président Paul Biya », confie une source de la sécurité au Palais d’Etoudi. Ce qui selon nos informations, ouvre la voie à une nouvelle rivalité de pouvoir entre le Mindef et le Sgpr qui n’entend rien laisser à la traîne. Wait and see.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.