MANAOUDA-MALACHIE-AU-PARLEMENT-780x440

Seulement au mois de février 2022, 1168 dossiers d’évacuation sanitaires ont été déposés au Minsanté

Le Dr Manaouda Malachie, invite les Camerounais à faire confiance à leur système de santé au regard du plateau technique relevé dont dispose le pays aujourd’hui.Il y a quelques années, le système de santé camerounais souffrait d’un manque criard de plateau technique. Le matériel de travail n’était pas à la pointe de la demande. Des déficits brandis par certains pour justifier leur demande d’évacuation sanitaire. Avec la 33ème édition de la Coupe d’Afrique des nations, de nombreux centres de santé et hôpitaux de références ont vu leurs infrastructures relevées. Malgré ces aménagements, la courbe n’a véritablement pas changé.  Ils sont encore nombreux à aller se faire soigner en étranger ; même pour si peu. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. En février, 1168 dossiers d’évacuation sanitaire ont été reçus selon le ministre de la Santé Publique, Dr Manaouda Malachie. Seuls 10 ont reçu un avis favorable pour des choses pointues. « Nous avons un excellent plateau technique et des personnels qualifiés. Nous ne comprenons pas pourquoi nous devons continuer à faire évacuer nos compatriotes. Nous n’avons plus rien à envier aux autres en termes de plateau technique ou de ressources humaines », a martelé le membre du gouvernement en séance plénière à l’Assemblée nationale. Le véritable problème est le manque de confiance. Nombreux sont sceptiques quant à la capacité de nos centres à prodiguer des soins de bonne qualité sans causer du tort aux patients. Un aspect qui a fait son nid au sein de l’opinion et le patron de la santé en est conscient. « Ayez confiance à notre système de santé, à nos ressources humaines qui vous prennent en charge. C’est là que réside le problème. Nous avons encore des gens qui préfèrent aller en étranger alors qu’ils peuvent se faire soigner ici. Les Camerounais doivent faire confiance à leur système de santé. Pourtant, il est de notoriété publique que seules les personnes nanties peuvent avoir recours à ce genre de privilège. Si la quasi-totalité de nos gouvernants au moindre mal de tête ne songent qu’à aller se faire soigner à l’étranger, comment le commun des camerounais peut-il avoir confiance au plateau technique dont parle le ministre de la santé ? Qu’il commence par convaincre ses homologues membres du gouvernement qu’ils peuvent se faire soigner sur place sans casse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.