Plusieurs cas de libération annoncée des prédateurs des fonds publics ne traduisent rien sur le terrain pratiques.

« Le chef de l’Etat Paul Biya vient d’accorder la grâce au professeur Gervais Mendo Ze; il reste à lui offrir une évacuation sanitaire afin de lui permettre de bénéficier de meilleurs soins ». Voilà ce qu’on a lu dans plusieurs publications de la semaine du 22 mars 2021. Il y a quelques mois, une lettre-instruction était adressée au ministre d’État, ministre de la justice, par son homologue le SGPR, lui demandant de libérer Atangana Kouna placé en détention préventive à la prison centrale de Kondengui, ramené manu militari du Nigeria avec près d’un milliard de francs CFA détournés alors qu’il était ministre de l’eau et de l’énergie. Si pour le ministre Atangana Kouna l’instruction venait du SGPR sous « l’ordre du Chef de l’État », le cas du ministre délégué Mendo Ze laisse perplexe. Cela semble traduire une chose, la lutte au sommet de l’état pour le contrôle du pouvoir suprême. Y a-t-il finalement un bras de fer entre les deux ministres d’état SGPR et la Justice ? On ose tout de même croire qu’entre l’exécutif incarné par Ngoh Ngoh et le Judiciaire par Esso, il n’y a pas de subordination. En plus, et comme le rappelait ce dernier au sortir du Conseil Supérieur de la Magistrature de 2020, « le Président de la République reste le garant de l’indépendance de la justice », d’où viendrait-il que les administrateurs en viennent à ordonner la libération des personnes soit en procès, soit définitivement condamnées sans un décret du Président de la République ?  Si pour Mendo Ze, la pression des réseaux sociaux jubile et demande l’évacuation sanitaire du mariologue, le jeune premier Manaouda Malachie n’a-t-il pas affirmé qu’à l’occasion du covid19 les plateaux techniques hospitaliers sont au point et que c’est là l’une des grandes poches des dépenses de l’argent de l’état ? En tous cas, Titus Edzoa et Thierry Atangana ont bénéficié du décret du PRC. Attendons donc voir même si le président est subitement devenu aphone et malvoyant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.