C’était au cours de la session du conseil municipal dédié au vote et à l’approbation desdits comptes pour ce qui est de l’exercice 2020, tenue le 23 avril dernier, sous le regard du préfet de la Mefou et Akono, Antoinette Zongo.

C’est la salle des banquets de la mairie de Ngoumou qui a servi de cadre à la session du conseil municipal consacré au vote et à l’adoption du compte administratif du maire et des comptes de gestion du receveur et de gestion matière du comptable matière. Sous le magistère du maire, Jean Baptiste Amvouna Atemengue, les conseillers ont minutieusement examiné et arrêté lesdits comptes. C’est ainsi qu’à l’issue de plus de deux heures de conclave entre le chef de l’exécutif communal et les conseillers, il est ressorti que le compte administratif de l’exercice 2020 s’élève à 1 325 317 431 francs CFA. Soit 578 150 982 F CFA en recettes et 679 306 194 F CFA en dépenses. L’excédent étant de 646 011 337. Reparti en cinq commissions les conseillers municipaux ont donc épluché de façon approfondie les documents à eux présentés afin de mieux comprendre les chiffres, analyser les recettes de fonctionnement, d’investissement ainsi que les dépenses. Après échanges et consensus, les conseillers sont donc arrivés à l’approbation de ce budget réaliste qui permettra entre autres au premier magistrat municipal d’achever les projets habituels « d’entretien routier, la densification delà carte de santé, l’équipement desdits centres de santé et l’équipement des écoles primaires et maternelles qui sont dans un état assez délabré ». Surtout qu’avec la décentralisation, l’éducation de base est désormais de la compétence des mairies. En outre, Jean Baptiste Amvouna Atemengue, a «proposé aux conseillers un plan communal de protection de l’environnement afin de valoriser et promouvoir l’écotourisme dans cette commune détentrice d’une réserve forestière de 3200 hectares ». Présente, la tutelle n’a pas hésité à marquer son satisfécit quant à la qualité des travaux ayant abouti à la validation par le conseil de ce budget en dépit, comme l’a relevé Antoinette Zongo, de quelques disfonctionnements à attribuer à la jeunesse du conseil. « Nous avons trouvé une excellente qualité des travaux, nous sentons comment l’exécutif s’améliore par rapport à l’année dernière qui était une année d’apprentissage. Nous sentons comment l’expérience est en train d’arriver. Nous félicitons l’exécutif communal, nous avons reçu les documents bien avant, nous avons eu le temps de les éplucher page par page. Mais, il y a encore quelques efforts à faire. Mais dans l’ensemble, le travail est satisfaisant », a-t-elle indiqué. Des disfonctionnements également relevés par la commission des finances qui a pour sa part tout d’abord souligné à l’unanimité la pertinence de l’ensemble des délibérations présentées. Avant de déplorer « le faible taux d’exécution du budget en recettes et en dépenses malgré une relative progression de 10,47% par rapport à l’exercice 2019 où ce budget était déjà de 50,82% et on note pour cet exercice 2020 une progression de 60,82% ». Par ailleurs, au cours de cette session, le compte de gestion comptable du comptable matière et le compte de gestion du receveur ont également été examinés.  Pour ce qui est du premier, quelques réserves ont été émises par la commission des finances, à savoir : « des manquements manifestés notamment en ce qui concerne l’évaluation du patrimoine de la commune y égard au contenu du compte de gestion matière présenté presque vide ». Tandis que les membres de la même commission ont apprécié la clarté du compte de gestion du receveur. Des disfonctionnements qui ont trouvé une oreille attentive. « Nous allons prendre en compte les recommandations faites par les conseillers, ainsi que celles faites par le préfet, notre tutelle, pour l’amélioration delà qualité des documents et surtout l’amélioration de l’exécution budgétaire », a promis le chef de l’exécutif communal de Ngoumou.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *