Le couple Cameroun- Tchad ne survivra au terrorisme que par une harmonisation des forces et par une forte présence militaire aux frontières

Tout juste réélu à la tête du Tchad pour un sixième mandat, le maréchal Idriss deby, après 30 ans à la tête du pays a rendu l’âme le 19 avril 2021 lors d’un contre les rebelles dans le Nord du pays dans un communiqué officiel du conseil militaire de transition. L’ex président tchadien était un allié de poids du Cameroun dans la lutte contre la secte islamiste boko Haram. D’où la question : quelles sont les conséquences de la disparition du Maréchal dans la sous région d’Afrique centrale ?

SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL

le Tchad est membre influent de la CEMAC, CEEAC, CER, avait des troupes engagées au sein de la minusma ( Mali) et des conjointes du G5 sahel et ont participé à des offensives contre les troupes djihadistes. Avec une forte présence de l’armée Tchadienne qui occupent aujourd’hui des espaces territoriaux assez importants et jouent un rôle assez efficace dans la sécurité de la zone sahel. Au regard de la disparition du << maréchal- guerrier>> il va de soi que cet allié influent du Cameroun dans la lutte contre le terrorisme sera affaibli le temps de se << refaire politiquement>> va perdre de sa superbe dans son déploiement militaire hors de ses frontières. Quel impact géostratégique sur le Cameroun ?

Sur le plan géostratégique

en signant à Ndjamena la mort de l’udeac et l’institutionnalisation de la CEMAC, on partait déjà à une réduction des pays membres formation des couples forts en vue de maintenir l’Afrique centrale en vie face à la menace permanente qu’est le terrorisme, ainsi on avait la répartition ci après au sein de la CEMAC :

1- couple septentrional composé du Cameroun et du Tchad;

2- le couple méridional composé du Gabon et du Congo Brazzaville;

et enfin des électrons libres qui sont la RCA et la Guinée équatoriale.

Cette disposition en couples, laissait déjà entrevoir la naissance des liens particuliers entre le Cameroun et le Tchad. qui partagent une aire géographique qui est l’un des fiefs de la secte islamiste boko Haram ( bassin du lac Tchad qui est également une zone frontalière entre les deux pays) qui met en exergue que la situation géographique des deux pays est un lieu où se jouent des interactions géopolitiques. C’est dans ce sens que la mise sur pieds de la force militaire en attente ( fomac) qui est le fruit de la coopération sécuritaire entre le Tchad et le Cameroun nous démontre encore à suffisance que la mise en commun des efforts entreprise entre le Maréchal deby et le président Paul pour lutter contre les menaces collectives doit être maintenues, consolider les liens de fraternité sécuritaire, sociaux, culturels, économique ( pipeline, échanges commerciaux entre les deux pays, une réelle institution du passeport CEMAC d’abord au sein de ce couple fort de la CEMAC avant un élargissement). Il faut toutefois signaler que le décès du maréchal en moins de quelques jours à entraîner d’énormes déplacements des populations vers le Cameroun à la fuite d’un éventuel embrasement de la situation. On peut donc dire la que la perte du maréchal a laissé le pays dans une situation  » d’incertitude » politique, et sociale. Et que le chai peut intervenir à tout moment.
L’axe Yaoundé- n’djamena a donc reçu un coup sécuritaire avec la perte de l’homme fort du Tchad. Le souci de porosité frontalière reste plus que jamais d’actualité. Combat longtemps mené par l’ancien leader on espère que son futur successeur va tenir le flambeau haut dans ce sens car militairement, l’axe YDE- n’djamena fut au cours des trente dernières années le pilier essentiel dans les nouvelles formes de conflit qu’imposent les terroristes. Nous sortirons de cette analyse par la réflexion suivante : << l’Afrique centrale cemac et notamment son couple septentrional survivra au terrorisme par sa forte présence militaire aux frontières.>> Et cela passe par une harmonisation des forces.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *