Von Clausewitz << on fait la guerre avec toute la force de la Nation.>>

Tenue sous le thème intitulé << Armée et nation : ensemble pour relever les défis de la sécurité sanitaire et préserver la paix, la stabilité, et la prospérité du Cameroun.>>, La 49 ème édition de la fête de l’unité nationale a vu sa célébration être annulée sur l’étendue du territoire national en raison de la présence de la pandémie du covid 19. Dans un contexte où le pays est en proie des velléités séparatiste dans les parties anglophones ( Nord ouest et Sud ouest), à la lutte contre le terrorisme (la nébuleuse boko Haram) au Nord, l’intrusion des rebelles centrafricains à l’Est, etc… Plus que jamais, une réelle cohésion sociale << le vivre ensemble. >> telle qu’invoquée par le locataire du palais d’Etoudi peut être un palliatif à ces maux qui minent le Cameroun 49 ans après sa proclamation le 20 mai 1972 comme RÉPUBLIQUE UNIE du CAMEROUN.

Bien qu’ayant subi une triple direction: ( allemande, anglaise, et française), bien qu’ayant traversé diverses formes d’états : (1961 réunification du Cameroun francophone et du Cameroun anglophone, 1972 naissance de la République unie du Cameroun, 1982 République du Cameroun), bien qu’ayant une société minée par des velléités tribalistes, repli identitaire, sentiment d’exclusion,…
La jeune Nation Camerounaise a plusieurs reprises s’est montrée à la hauteur malgré les coups reçus par l’essence même de la nation qui repose sur le sentiment d’appartenance à une même histoire. Si l’armée nationale, symbolise déjà bien cette cohésion en défendant l’intégrité du territoire, c’est aussi le cas du corps médical pour la lutte contre la pandémie du covid 19, des équipes nationales de football, volley, hand-ball, judo, etc.. la fête de l’unité nationale rappelle à chaque citoyen camerounais que la survie de notre pays face aux menaces sécuritaires, sanitaires passe par un réel sentiment d’appartenance à un même pays.
De l’est à l’ouest, du Nord au Sud, tous les camerounais doivent s’aligner derrière le drapeau national et derrière l’armée nationale pour repousser l’ennemi commun qui vise à mettre à mal la survie de la jeune Nation Camerounaise. Plus que jamais, le citoyen camerounais est au centre de l’unité nationale au camerounais.
In fine, nous pouvons dire que la nation camerounaise doit taire les querelles intestinales entre ses fils et filles pour marcher à l’unisson vers une prospérité qui lui tend les mains.

Enyegue Édouard Brice Trésor.
Chercheur en sciences politiques et en études géostratégiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *