Les internautes se sont réveillés ce matin du 26 mai 2021 par l’annonce tonitruante de  » l’implication du président Cabral Libii Li Ngué dans les détournements de fonds Covid19″ sous le couvert de radiogramme diffusé par Cismondy Barlev Botjoka, le tenant d’un journal en ligne au Cameroun.

 » Depuis 3heures du matin,…j’ai parcouru et découvert que celui qui se fait passer pour l’exemple de la jeunesse et donneur de leçon…est parmi les gens qui ont bénéficié des marchés fictifs de 60 millions… Il s’agit de Cabral Libii et d’une député de ce parti, le PCRN… » La flamme a brillé sur le web, au point de mettre en colère les militants et sympathisants de ce jeune parti et son leader. « Il est temps d’arrêter tous ceux qui salissent le président Cabral Libii et le PCRN… Comment vous vous retrouvez avec deux documents et choisissez délibérément de commenter uniquement celui qui vous permet de salir le président Cabral ? Cette fois-ci c’est de trop » s’est ainsi exprimé un des ténors du parti camerounais pour la réconciliation nationale, PCRN. Un recul observé sur la publication de Cismondy montre qu’il y a eu volonté de nuire à la réputation du président du PCRN. A preuve si le nom de Cabral Libii fait bonne presse, pourquoi n’avoir pas donné le nom de la femme député de ce parti qui, avec Cabral aurait bénéficié des largesses du Minsanté qui aurait aussi offert des marchés de quarante ou soixante millions pour achat de blouses et de caches-nez ? Pourquoi également des commentaires comparatifs aux critiques de Cabral Libii sur des chaînes de TV portant mal gouvernance et détournements des deniers publics? Et pourquoi Cabral et une de ses députés ? Les éléments de réponse apportés par Cismondy après la levée de boucliers des soldats du PCRN, confondent ce jeune premier des média en ligne :  » j’ai eu 02 documents et je ne pouvais savoir lequel apportait toute la vérité », pouvait-on lire en guise de justificatif à ce tôlé provoqué ce matin contre Cabral Libii et son parti. Si l’on soupçonne encore un parti politique concurrent habitué à la désinformation et à la violence dans les réseaux sociaux, le public camerounais et le monde attend la sortie des principaux responsables du PCRN qui, de sources internes, a ouvert ses propres enquêtes et  » entend poursuivre selon les procédures de droit, les auteurs de ces allégations criminelles qui cherchent à salir le PCRN et ses dirigeants qui ont choisi les voies légales pour conquérir le pouvoir suprême au Cameroun à travers ses élus qui ont participé activement aux différentes élections ». Alors demeure désormais une question : un autre front dit de Cismondy est-il encore ouvert à Cabral Libii et son parti ? Just wait and see.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *