Coincé dans les surfacturations de certains marchés, le Minsanté et le Directeur de Mediline Medical Cameroun tentent maladroitement d’impliquer Franck Biya.

Une sortie suspecte des responsables de Mediline Medical Cameroun a été organisé par un point de presse sélectif au cours duquel ils expliquaient comment l’État du Cameroun devait à leur entreprise, 9 milliards de francs CFA pour une livraison des produits anti covid et notamment, 3 millions de vaccins. Ce qui n’a malheureusement pas été expliqué, c’est que l’argent réclamé est le produit de plusieurs surfacturations et la livraison de seulement quelques 19000 vaccins sur les 3 millions commandés. Le pot aux roses est découvert au cours des contrôles effectués par la chambre des comptes de la Cours Suprême. Une mauvaise défense est alors introduite mais dissimulée par les journalistes achetés pour défendre le Minsanté. En fait du point de presse, il était question de trouver une porte de sortie pour le Minsanté en expliquant que,  » si surfacturation il y a été pratiquée, c’était avec la caution du fils du président Biya. Ce qui ne tient pas, étant entendu que, ce dernier n’appartient à aucun maillon du processus de gestion des fonds covid. De sources bien informées, la colère est encore montée en Franck qui ignore comment Manaouda a fait pour être à la place où il est aujourd’hui. Après vérifications auprès de ses plus proches, le lionceau serait allé auprès de son père pour se faire laver de tout soupçon. Depuis une semaine, l’homme lion aurait repris sa tactique de faux mort pour mieux bondir sur les vrais auteurs de cette histoire qui hante désormais le Palais de l’unité et ses task forces.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *