Le gouvernement américain va injecter 100 millions de dollars supplémentaires (près de 54 milliards de francs CFA) dans deux projets dans le domaine de la santé : l’un pour lutter contre le sida et l’autre pour lutter contre le paludisme, a annoncé la chargée d’affaires de l’ambassade des États-Unis à Yaoundé, Vernelle Trim FitzPatrick. « Ces deux projets représentent une grande partie de l’investissement du gouvernement américain dans le secteur sanitaire pour aider le peuple camerounais », a déclaré la diplomate à l’issue d’une audience ce mardi 1er juin avec le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze. Les contours de ces projets n’ont pas été dévoilés.

Le Cameroun a bénéficié ces dernières années de l’aide américaine dans le cadre de la lutte contre ces deux maladies. Le 29 mars 2021, l’Agence américaine pour le développement international (USAID) a accordé une subvention de 1,4 million de dollars (plus de 756 millions de FCFA) au Réseau camerounais des associations des personnes vivant avec le VIH-sida (ReCAP+) pour soutenir son travail d’amélioration des systèmes de suivi participatif communautaire des services liés au VIH au cours des trois prochaines années. Les États-Unis ont annoncé avoir triplé leur aide au programme de lutte contre le VIH-sida du Cameroun à plus de 97 millions de dollars (plus de 52 milliards de FCFA) pour l’année 2020. Ce, suite à « l’engagement historique » du gouvernement d’éliminer les frais relatifs au dépistage, consultations et examens biologiques du VIH dans les formations sanitaires publiques et les organisations à base communautaires agréées. En 2019, l’on estimait que 530 000 personnes vivent avec cette maladie au Cameroun. Quelque 37 400 nouvelles infections ont été identifiées en 2020 et 3061 personnes mises sous traitement antirétroviral, selon le ministre de la Santé publique (Minsanté), Manaouda Malachie. Concernant le paludisme, le gouvernement américain évalue son apport dans la lutte contre cette maladie au Cameroun à 48 milliards de FCFA (89 millions de dollars) depuis 2017, à travers l’initiative du président américain de lutte contre le paludisme (PMI). L’assistance américaine dans ce domaine se concentre sur les régions du Nord et de l’Extrême-Nord qui ont les taux de mortalité les plus élevés du pays. Le 25 avril dernier, Washington a salué « les progrès significatifs » du Cameroun dans la lutte contre le paludisme qui a tué 4121 personnes l’année dernière et a assuré Yaoundé de son soutien à poursuivre le combat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *