Le Maire de la Ville, Guy Emmanuel SABIKANDA, qui entend transformer Kribi en Ville Intelligente et changer la Cité Balnéaire à pas de géant, forme les Grands Conseillers au budget-programme, à la gestion de la décentralisation et à la gouvernance moderne d’une cité qui porte l’Emergence du Cameroun.

Le Préfet NOUHOU BELLO a salué cette initiative qui permet de mettre un terme à la cacophonie et à la confusion politiques qui plombent les Communes de l’Océan.

 Le Préfet de l’Océan NOUHOU BELLO était particulièrement remonté ce mercredi matin à la Salle des Fêtes de la Communauté Urbaine de Kribi. S’adressant aux Conseillers de la Ville de Kribi, le Préfet a demandé avec fermeté que cesse la confusion et les interférences politiques qui plombent aujourd’hui la quasi-totalité des Collectivités Territoriales Décentralisées de l’Océan : « malgré toutes les concessions et conciliabules qui ont été faites, les conseillers municipaux sont restés campés dans leurs positions politiciennes!  On ne construit pas la ville, ni l’arrondissement dans des bagarres politiques ! Le Préfet que je suis est là pour faire réussir l’institution communale et le processus de décentralisation décidé par le Président Paul Biya, avec le soutien de tout le peuple Camerounais ! Et je n’accepterai que cette option du Chef de l’État soit bloquée par qui ce soit !  Je le dis ici publiquement, je ne serai otage de qui que ce soit ! »

Avant le Préfet, c’est le Maire de la Ville Guy Emmanuel SABIKANDA qui engage son allocution par une digression fort édifiante : « Le Conseil Municipal n’est pas un lieu d’expression des frustrations et déceptions. Non, le Conseil Municipal est un lieu de réflexion, de suggestions et de propositions ».

En fait, les deux orateurs à la cérémonie d’ouverture de l’Atelier de Formation des Grands Conseillers de la Communauté Urbaine au Budget-programme, ont dans leur subliminal et pensée profonde, le triste souvenir des spectacles ahurissants qu’offrent les conseillers municipaux ces derniers temps dans l’Océan. À Kribi 2, et Campo, led Comptes Administratifs, et les comptes de gestion ont été sacrifiés à l’autel des intérêts politiciens. À Kribi 1er et Nyété, c’est au forceps que les Comptes ont été adoptés. Les Conseillers Municipaux, pour la plupart issus des camps politiques qui ont livré bataille pour le contrôle de l’exécutif, en sont encore à ces guerres byzantines où il faut à tout prix faire échouer le camp au perchoir, question de crier victoire !

Le Préfet NOUHOU BELLO dit NON !!! « Distinguons les Problèmes d’ordre technique des problèmes d’ordre politique ! Sachons satisfaire ces populations qui nous ont élues ».

Le Préfet de l’Océan trouve ainsi ce cadre de formation convoqué par le Maire SABIKANDA idoine pour apprendre à trouver solution à ces questions techniques dont une importante majorité des conseillers municipaux sont des blancs becs. L’analyse du Préfet va même plus loin. Les Conseils Municipaux offrent aussi le sinistre spectacle des techniciens qui voient totalement flou sur leur supposée technicité. Il s’agit des Secrétaires généraux et receveurs municipaux qui affichent une maîtrise très approximative des rouages de la nouvelle Loi sur la Décentralisation, des codes de gestion des CTD et de la gouvernance même des CTD.

Or, il apparaît que l’État a octroyé 15% de ses ressources budgétaires à ces CTD. Et la Loi impose qu’on s’arrime au budget-programme. Une gestion qui requiert beaucoup de technicité.

Le Maire de la Ville a donc donné le ton. Il forme l’organe délibérant et l’organe exécutif. C’est le Cabinet d’expertise de grande renommée Bekolo and Partners qui assure cette formation. Objectif affiché, que tous maîtrisent les textes et les rouages de l’administration, pourque ces Camarades issus du même bord Politique participent mieux à l’avènement de la Ville Intelligente, projet de société du Maire Guy Emmanuel SABIKANDA pour Kribi. Il faut combler les lacunes, il faut élaguer l’amalgame observé.

Le Maire dira que :  » notre but est de changer cette ville, de la développer, de la faire avancer d’un pas de géant au cours de ce mandat ». Cela nécessite l’implication de tous ces acteurs. Toutes les stratégies et indicateurs de performance pour l’atteinte de ces objectifs ont été enseignés aux Grands Conseillers.

On espère, après la CUK, que les autres CTD vont emboîter le pas; que surtout après cette mise en garde du Préfet, il y aura normalisation, et les populations verront enfin, le développement et non les déchirements.

     S. A.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *