Le Général de Division Philippe Mpay , Commandant des écoles et centres d’instruction interarmées , a présidé mercredi à Koutaba, la cérémonie de fin de formation des élèves sous-officiers de l’armée, contingent 2019.

C’était une occasion en or pour les nombreux parents, d’assister en direct à la cérémonie de fin de formation de leurs enfants. La place d’honneur du mythique centre d’instruction des élèves sous-officiers de Koutaba , a été pris d assaut dès le petit matin de mercredi par une importante foule. La cérémonie en elle-même était divisée en plusieurs séquences dont les plus importantes étaient la présentation des différents ateliers dont celui de l’armement, celui de l’ISTC et hygiène et sécurité, et la séquence portant sur la proclamation des résultats et la remise des diplômes. Dans son discours de circonstance, le Lieutenant- Colonel Jacques Theodore Mfomo, Directeur du Centre de formation est revenu de long en large sur les péripéties de l’école, de la formation en elle-même, et sur l’état d’esprit de tous ces jeunes appelés désormais à servir la nation jusqu’au sacrifice suprême en cas de besoin. Ils ont ainsi prouvé leur détermination et leur esprit de fer dans le lap de temps où ils ont démontré à l’assistance, leur savoir faire en matière de maniement des armes , les tactiques de combats contre des groupuscules terroristes, et les méthodes d’évacuation des hommes blessés. On pouvait donc découvrir sur les différents visages  des personnalités sur place, un sentiment de satisfaction totale et mission bien accomplie. Le Général Philippe Mpay n’a pas eu d’autres mots que d’exprimer son admiration et sa fierté de présider cette cérémonie de fin de, formation de ce contingent. À la fin c’es l’armée camerounaise qui s’en sort avec des Hommes aguerris à toutes les situations. Ils pourront ainsi servir partout où le devoir les appellera, surtout en ce moment où l’armée est sur plusieurs front pour protéger l’intégrité territoriale du Cameroun, et la sécurité des Hommes et des biens.

Il faut préciser pour le souligner que ce contingent 2019 est composé exactement de 1008 camerounais issus de toutes les Régions, soient 566 gendarmes, et 442 personnels des armées. Leur formation a duré 22 mois. Le centre d’instruction des élèves sous-officiers existent depuis 2001. Par le passé il a eu à former plusieurs autres contingents comme en 2017, 713 sous-officiers, en 2015, 774, en 2013, 775, en 2011, 684. Rappelons à toute fin utile que le Ministère de la Défense  sous la houlette de Joesph Beti Assomo  ne baisse pas la garde pour barrer la voie à tous ceux qui, à travers leurs sombres idées et plans machiavéliques, veulent mettre le Cameroun à feu et à sang.

Les Hommes de terrain

 En temps de paix comme pendant les moments difficiles de troubles, le commandant en second de la défense mobilise et remobilise les forces de défense et de sécurité, afin qu’elles travaillent avec dévouement et professionnalisme, et, restent en éveil à tout moment. D’ailleurs pour le Mindef, cette tâche est «un challenge important et historique». Les forces de défense et de sécurité camerounaise sont donc très souvent mobilisées pour jouer leur rôle «dans la neutralité et le professionnalisme » en vue de protéger les personnes et les biens. Pour couronner ses missions par un succès, Joseph Beti Assomo appelle régulièrement les populations à travailler en étroite collaboration avec les forces de maintien de l’ordre pour démasquer les fauteurs de trouble. Notamment dans le septentrion où la secte Boko Haram malgré son essoufflement continue de créer la psychose au sein des populations qui ne demandent qu’à vivre paisiblement.  Il en est de même dans les régions anglophones, qui depuis le Grand Dialogue National,  connaissent encore quelques soubresauts et des actes criminels des sécessionnistes mus par l’idée  de diviser  le Cameroun. C’est une invite pour les différents comités de vigilance de redoubler d’ardeur dans leur travail. Car ceux-ci, décidés de faire de ces Régions des endroits invivables, continuent de faire le désordre et de perpétrer des meurtres. Toutefois, grâce à la pugnacité et à l’efficacité des forces de sécurité, la paix revient petit à petit. En dépit des discours visant à saper le moral de ces valeureux soldats, qui se sont engagés pour l’honneur de la patrie et la fidélité aux institutions républicaines. Ceci, jusqu’au sacrifice suprême, continuent de défendre l’intégrité du territoire.

Jusqu »au sacrifice suprême.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *