Autoroute-Yaounde-Nsimalen

Construite à 90% dans sa partie rase campagne, cette infrastructure censée traverser le centre-ville et rejoindre le Boulevard Jean-Paul II en contrebas du Palais des congrès est bloquée du fait d’indemnisations improbables.

Le manque de financement bloque le lancement des travaux de la section urbaine. C’est du moins l’aveu implicite fait par Célestine Ketcha Courtès, le ministre de l’Habitat et du développement urbain le 17 juillet dernier sur les antennes de la télévision nationale. Depuis le 16 avril 2021, Célestine Ketcha Courtès est suspendue aux lèvres de la présidence de la République. La ministre de l’Habitat et du développement urbain (Mindhu) attend depuis plus d’un an, l’autorisation de la haute instance du pays pour la signature d’un mémorandum d’entente avec l’entreprise Sistemecs pour le financement et la réalisation des travaux de la section urbaine. Cet impératif a fait l’objet d’une correspondance adressée au secrétaire général de la présidence, Ferdinand Ngoh Ngoh, qui n’y a toujours pas répondu de manière officielle. D’après les récentes confidences faites par la Mindhu, la présidence ne semble pas encline à donner exclusivement suite à sa sollicitation. Elle étudie actuellement divers autres modes de financement sous l’œil éclairé du Conseil d’appui à la réalisation des contrats de partenariats (Carpa) et des services du Mindhu. «Nous avons eu plusieurs propositions. Des propositions sont passées par le Carpa. J’avais signé en son temps un contrat commercial avec une société qui a déjà fait la section rase campagne. Nous avons toutes les propositions sur la table et sommes en train d’accélérer pour que les Camerounais aient la promesse du président de la République» a déclaré Ketcha Courtès. Toutefois, il semblerait que le gouvernement a trouvé parmi toutes ces offres, celle qui pourrait convenir à ce projet. L’ancienne maire de la commune de Bangangte croit savoir que le dossier relatif au financement et à la réalisation des travaux sera bouclé avant la fin de l’année 2022. «Cette année nous allons boucler le financement. Nous travaillons d’ailleurs dessus avec les services de la présidence de la République», a-t-elle indiqué. Pour mémoire, le montant total du financement des travaux de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen, hormis les indemnisations, s’élève à 189,8 milliards Fcfa. La phase II de ce projet porte sur un linéaire de 9 kilomètres, du quartier Ahala au Boulevard Jean- Paul II, situé en contrebas du Palais des congrès de Yaoundé, en passant par les quartiers Nsam, Olezoa, la Poste centrale et Tsinga.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.